• 02 35 10 19 59 - 06 85 63 93 78
  • contact@aviso76.fr
  • Lundi - Vendredi : 08.00 - 19.00
  • Zone d'intervention : Seine-Maritime
Terrasse bois en Normandie
Sauvegarde balcon en bois Normandie

SAUVEGARDE ET PÉRENNISATION

Voici un exemple issu d’un cas concret : La mérule.

La mérule a besoin d’eau pour se développer, de bois, de confinement et de chaleur. Ici un chêneau (conduit collectant les eaux pluviales) à fuité pendant plusieurs années. Les bois se trouvant près de la fuite ont atteint le niveau d’humidité nécessaire au développement de ce champignon invasif.

Cet exemple à ceci d’intéressant : les transformations que cette maison a subies depuis sa construction, ont amplifié le phénomène.

Explications : Construction début 1900, comble ventilé sans sous-toiture, mur enduit. Dans cet état initial, une fuite se voit rapidement et la maison peut sécher très rapidement. Les possibilités de développement de champignons sont faibles.

Entre-temps, la couverture a été changée, une sous-toiture bitumée a été posée. Les murs ont été doublés de placo-­polystyrène. Dans cet état « rénové », l’eau est emprisonnée dans les murs. Elle ne passe pas à travers ses sous-toitures qui ont depuis été interdites, elle ne peux non plus ressortir à travers le polystyrène (qui devrait être interdit).

Le résultat est plutôt triste : plusieurs années se sont passées avant que la fuite soit détectée, la mérule à pu prospérer à chaque été, la moitié de la maison et la couverture sont à refaire…

Les solutions pour s’en prémunir existent, une bonne isolation garde les murs dans un état de sècheresse tel que les champignons ne peuvent se développer, cela aurait permis de ne réparer que 3 m2 abimés par la fuite du chêneau.

© Copyright 2016 GooPlus - Mentions Légales